ET ON DEVORA LEUR COEUR

(Prix du premier roman du festival du film de Beaune 2010)
(Awarded the Prix du premier roman du Festival de Beaune 2010 for best first novel)

GENRE :  Thriller / Horreur

DATE DE PARUTION : 7 avril 2010

CODE ISBN : 9782702434871

ÉDITEUR : Le Masque

PRIX PUBLIC : 6,50€ (350 pages – Poche)

 

Poursuivi par les tueurs de Miguel Beaufort, l’homme à qui il a volé plus de 50 000 dollars, Samuel Johnson cherche à sauver sa peau. Tandis qu’une violente tempête de neige s’abat sur le pays, il se voit contraint de se réfugier à Murton Caves, une petite localité perdue au pied de la montagne. Mais le danger qui se terre là est plus grand que celui lancé à ses trousses. Et d’une tout autre nature. Pour survivre, Samuel Johnson va devoir vaincre sa peur, et affronter les gardiens d’un secret qui hante la bourgade depuis plus d’un siècle.

Hunted by the killers of Miguel Beaufort, the man from whom he stole more than fifty thousand dollars, Samuel Johnson is running for his life. When a violent snowstorm hits the country, he seeks refuge in Murton Caves, a tiny locality at the foot of the mountains. Soon, he realizes that the danger there is even worse than the killers on his trail, much worse, and not at all of the same nature. In order to survive, Samuel Johnson must overcome his fears and confront the guardians of a secret that has been haunting the small community for over a century.

 

PRESSE (LE MONDE 2) :
“Un roman où le héros écoute Till I get My way des Black Keys, un des groupes de rock américain le plus sous-estimé du moment, en appuyant rageusement sur la pédale d’accélérateur de sa Ford Mustang, ne peut pas être mauvais. S Blanchot, jeune énergumène qui a, jusque là oeuvré dans la conception de jeux vidéo et écrit désormais des scénarios pour le cinéma, nous donne là un premier livre fort où éclate toute sa fascination pour les Etats Unis, sa littérature, son cinéma et sa musique. Samuel Johnson, son héros, est un perdant magnifique, comme on les aime, à cheval entre rage de vivre et élégance désabusée.”

Les commentaires sont fermés